Améliorer l’accès aux savoirs des enfants Carabanais

Festival de Carabane 2009
1 avril, 2009, 20:05
Classé dans : Non classé

Sud Quotidien – SENEGAL

http://www.sudonline.sn/spip.php?article17491

La sauvegarde de l’île en question.

3EME EDITION DU FESTIVAL DE CARABANE / SUD QUOTIDIEN

mercredi, 1er avril 2009 / Youssouph BADJI

L’île de Carabane (Casamance) est depuis hier, le lieu de convergence des artistes venus de la Gambie, de la Guinée Bissau du Cap skiring de Ziguinchor. L’objectif, c’est la célébration de la troisième édition du festival de l’île sur le thème « environnement »

Le festival de l’île de Carabane (Casamance) s’est ouvert hier, et ce pour trois jours. Ce grand rendez-vous désormais entré dans l’agenda culturel des événements du genre dans la région sud du pays, est axé cette année sur le thème « l’environnement ».

Une manifestation transfrontalière qui a vu la participation d’artistes en provenance de la Guinée Bissau, de la Gambie, de Ziguinchor et du Cap skiring. « L’objectif du festival de Carabane est, entre autres préoccupations, de sortir l’île de l’oubliette. Carabane fut un lieu de transit des esclaves, un site historique, deuxième du genre au Sénégal après l’île de Gorée », souligne Alié Gueye, initiateur de la manifestation.

A en croire Alié, l’île de Carabane est en train d’être menacée gravement par l’avancée de la mer. Dans le souci de préserver ce qu’il considère comme l’un des lieux historiques les plus importants de la Casamance, il lui revient, en tant que fils de la localité, de s’engager dans ce « combat positif » pour lancer un appel aux autorités compétentes sur l’importance de prémunir ce village contre l’érosion marine.

Il sera question de sensibiliser, au cours de ce festival, les populations de la localité, sur la nécessité de reboiser la mangrove, une solution participative pour la protection de l’écosystème. « L’île de Carabane mérite d’être entretenue comme Gorée, parce qu’elle a joué un rôle prépondérant, précédant l’acheminement des esclaves dans l’île de Gorée.

La place de l’indépendance porte le nom de Prothée, et celui-ci a été enterré à Carabane » a-t-il ajouté. Les différentes troupes des artistes en provenance de la Gambie, de la Guinée et des autres contrées, ont passé en revue des ballets folkloriques, un cocktail riche en danse traditionnelle de la Casamance.

Le festival est aussi un prétexte pour rendre un vibrant hommage à un fils illustre, et un des initiateurs du festival, du nom de Cheick Diémé, malheureusement arraché à l’affection de ses camarades depuis l’année dernière

(stagiaire)


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

AZIKO |
APA |
PROMOTION COLONEL PAUL SITA... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bella Stella
| Le Burkina Faso... pays des...
| Association Burkina 35